Les applications pour le programme Subventions d’équipe : Subventions d’équipes sur le bien-être mental du personnel de la sécurité publique, des IRSC sont maintenant acceptées. Cette subvention d’équipe est soutenue par l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique (ICRTSP), qui facilite des pratiques de dissémination de recherche et d’application des connaissances de haute qualité comme partie inhérente de son rôle de Centre virtuel d’échange des connaissances pour le Consortium de recherche national sur les blessures de stress post-traumatique chez le personnel de la sécurité publique.

Nom du programme : Subvention d’équipe : Subvention d’équipes sur le bien-être mental du personnel de la sécurité publique

Date limite : 19 mars, 2019 (Lettre d’intention) / 5 novembre 2019 (Présentation complète)

Pour plus d’information sur le Consortium de recherche national, visitez la page Consortium IRSC-ICRTSP.

Description de la subvention d’équipe

Une responsabilité clé du gouvernement fédéral du Canada est d’assurer la sécurité et la protection des Canadiens. Le personnel de la sécurité publique (PSP) est un pilier du vaste système multisectoriel qui maintient la sécurité publique. Il comprend notamment, les premiers répondants, comme les pompiers, les policiers et les paramédics; les bénévoles en recherche et sauvetage; les agents de Service correctionnel; les agents des services frontaliers; les analystes de renseignements opérationnels; les gestionnaires des mesures d’urgence autochtones; et d’autres.

La grande majorité des membres du PSP s’engage à travailler à la prévention et à protéger les Canadiens contre une gamme de dangers et à les aider en situation d’urgence, souvent au péril de leur vie. En effet, ils doivent travailler dans des environnements dangereux et imprévisibles, et sont souvent plus susceptibles d’être témoins ou de vivre des situations traumatisantes ou bouleversantes que la population générale. Ceci représente un lot de défis à leur santé physique et mentale, et leur bien-être social. Les blessures de stress post-traumatique (BSPT), qui font référence à un vaste éventail de problèmes psychologiques persistants incluant ceux découlant de leurs fonctions comme membres du PSP (aussi appelés blessures de stress opérationnel), sont au cœur de ces défis. S’étendant au-delà d’un diagnostic clinique de trouble de stress post-traumatique (TSPT), les BSPT peuvent inclure aussi la toxicomanie, l’anxiété, la dépression, et d’autres troubles de santé mentale.

La recherche antérieure indique que les femmes sont plus susceptibles de développer un TSPT, même si les hommes sont plus susceptibles de vitre des événements possiblement traumatisants. Néanmoins, plusieurs études antécédentes étaient concentrées largement ou exclusivement sur les hommes, créant un manque de connaissances qui persiste en recherche sur les BSPT. Étant donné le nombre croissant de femmes membres du PSP, le besoin existe pour de la recherche sur les BSPT qui intègre de façon appropriée le sexe comme variable biologique et le genre comme déterminant social de l’état de la santé.

Bien que beaucoup de la recherche sur les BSPT se soit concentrée principalement sur la population militaire et les vétérans jusqu’à maintenant, on reconnaît de plus en plus la fréquence des BSPT chez le PSP. Tandis que les membres du PSP font face à des expériences traumatisantes similaires à celles du personnel militaire, les circonstances uniques dans lesquelles ils exercent leurs fonctions peuvent avoir un impact important sur leur bien-être. Par exemple, contrairement au personnel militaire qui profite de pauses entre les périodes de déploiement, les membres du PSP sont continuellement déployés dans leurs propres communautés, augmentant la probabilité qu’ils soient exposés à des situations traumatisantes, parfois impliquant un ami ou une connaissance, sans interventions pour prévenir des problèmes de santé futurs. Lorsqu’un membre du PSP fait l’expérience de problèmes psychologiques liés au stress ou au traumatisme, sa capacité de fonctionner au niveau personnel et professionnel peut être compromise (présentéisme). Autant les intervenants en sécurité publique que ceux en santé ont identifié le besoin de recherche supplémentaire dans ce domaine pour s’assurer que les risques à la santé mentale liés au travail en sécurité publique soient bien compris et que les ressources nécessaires soient efficacement déployées pour assurer le bien-être du PSP.

Le Consortium de recherche national pour les BSPT chez le PSP est une initiative conjointe entre les IRSC et l’ICRTSP annoncée lors du budget fédéral de 2018. Le consortium représente un investissement de 20 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir les activités de recherche et d’application des connaissances dans les principaux domaines de recherche spécialisée et d’importance stratégique concernant la santé mentale du PSP.

Pour répondre à ses engagements et tirer parti des investissements antérieurs en recherche sur le TSPT et les BSPT, les IRSC ont lancé, comme opportunité de financement, les Subventions d’équipe sur la santé mentale en sécurité publique, pour encourager le développement de nouvelles preuves et des outils nécessaires pour résoudre les manques existants et émergents sur les BSPT en ce qui concerne le PSP du Canada. Comme membre du consortium, les chercheurs financés par les IRSC par l’intermédiaire de cette initiative travailleront avec l’ICRTSP qui agira comme centre virtuel national pour la coordination et l’échange des connaissances. Ceci pourrait inclure, par exemple, participer dans les activités d’application des connaissances menées par l’ICRTSP.