Glossaire des termes

Glossaire des termes

Pour une version imprimable, veuillez cliquer ici : Glossaire des termes version 2.1

(Version 2.1 publiée le 23 février 2020)

Préambule et Remerciements

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Blessure de stress post-traumatique

Pour les experts

  • Ne sont pas actuellement des diagnostics dans le DSM ou la CIM.
  • Des concepts en évolution dont les experts continuent à discuter.
  • Selon un point de vue, les facteurs de stress professionnel se divisent en facteurs de stress opérationnels et en facteurs de stress organisationnels; toutefois, les termes sont nouveaux et les définitions demeurent imprécises.
  • Pour éviter toute confusion, l’acronyme « BSO » 
  • devrait être réservé à blessure de stress opérationnel.

Pour le grand public

  • Ne sont pas actuellement des diagnostics dans le DSM ou la CIM.
  • Selon un point de vue, les facteurs de stress professionnel peuvent être classés comme opérationnel ou organisationnel; toutefois, les termes sont nouveaux et les définitions demeurent imprécises.
  • Souvent utilisé à tort de façon interchangeable avec blessure de stress opérationnel; par conséquent, dans la mesure du possible, n’utilisez l’acronyme BSO que pour blessure de Stress opérationnel uniquement et soyez toujours précis si vous faites référence aux blessures de stress professionnel, aux blessures de stress organisationnel ou aux blessures de stress opérationnel.

Blessure traumatique sur le plan psychologique / stress traumatique sur le plan psychologique / facteur de stress traumatique sur le plan psychologique

Pour les experts

  • Un événement traumatique sur le plan psychologique est un événement stressant qui peut causer un traumatisme psychologique.
  • L’exposition à certains types d’événements traumatiques sur le plan psychologique est incluse dans les critères du DSM et de la CIM pour le diagnostic de trouble de stress aigu ou de trouble de stress post-traumatique.
  • Ces termes sont souvent précédés du mot « potentiellement » dans le but de  souligner l’importance de la perception individuelle dans un contexte particulier pour déterminer si un événement est un facteur de stress traumatique sur le plan psychologique.
  • Il    peut    s’agir,    par    exemple,    de    menaces importantes,  de  préjudice  à  soi-même  ou  à  ses proches, de l’exposition  à  la  guerre  en  tant  que combattant ou civil, de menaces d’agression ou d’agressions physiques effectives, de menaces ou de violence sexuelle effectives, le fait d’être enlevé  ou  d’être  pris  en  otage,  la  torture,  les catastrophes  naturelles  ou  d’origine  humaine, ou d’autres blessures physiques graves  subies lors d’ accidents  de  la  route  ou  de travail.
  • L’exposition à un facteur de stress potentiellement traumatique sur le plan psychologique peut être directe (p. ex., événement vécu directement ou en tant que témoin) ou indirecte, par personne interposée ou secondaire (p. ex., être témoin des conséquences d’un événement traumatique, découvrir le traumatisme vécu par un proche, ou dans le cadre d’un soutien ou de soins fournis à une autre personne, de façon professionnelle ou personnelle).
  • Ce ne sont pas toutes les personnes exposées à un événement ou à un facteur de stress potentiellement traumatique sur le plan psychologique qui développeront des traumatismes psychologiques.
  • La plupart des incidents critiques seraient des événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, mais tous les événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique ne seraient pas des incidents critiques.

Pour le grand public

  • Les choses qui peuvent causer des traumatismes sur le plan psychologique comme le trouble de stress post-traumatique et d’autres types de problèmes de santé mentale.
  • Ces termes sont souvent précédés du mot « potentiellement » dans le but de souligner l’importance de la perception individuelle dans un contexte particulier pour déterminer si un événement est un facteur de stress traumatique sur le plan psychologique.
  • Il y a souvent un élément de menace importante pour la sécurité physique de la personne ou des autres qui peut être associé à des sentiments de peur intense, d’horreur ou d’impuissance.
  • Il peut s’agir, par exemple, de certaines expériences négatives de l’enfance, d’accidents de la route, d’actes de violence sexuelle ou d’autres types de violence, de décès inattendus ou de menaces de décès chez des êtres chers, de blessures corporelles graves, de combats militaires, de catastrophes naturelles, d’exposition à des corps ou des risques environnementaux.
  • La plupart des incidents critiques seraient des événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, mais tous les événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique ne seraient pas des incidents critiques.

Blessure en santé mentale / Blessure psychologique

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Désigne tout type de trouble mental, et non seulement ceux qui surviennent à la suite d’une exposition à un ou plusieurs événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique.
  • Par blessure, on entend un état aigu et non des états chroniques qui peuvent survenir à la suite d’un traumatisme physique ou psychologique; cependant, dans le langage populaire, une blessure peut aussi être un état chronique découlant d’une blessure aiguë, p. ex., une blessure de stress opérationnel.
  • Utilisé couramment pour gérer la stigmatisation liée au langage connexe comme les troubles mentaux.
  • Les troubles mentaux ou autres problèmes de santé mentale sont souvent causés par des mécanismes autres que l’exposition à un facteur de stress traumatique sur le plan psychologique. Par exemple, les troubles mentaux tels que les troubles dépressifs caractérisés, les troubles anxieux, les troubles de la personnalité, la schizophrénie ou d’autres troubles psychotiques.

Pour le grand public

  • La blessure en santé mentale et la blessure psychologique sont d’autres façons de désigner les problèmes de santé mentale, y compris les troubles mentaux, surtout lorsqu’on croit que les problèmes de santé mentale ou les troubles mentaux sont causés par l’exposition à des événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique et d’autres facteurs de stress.
  • Les blessures en santé mentale et les blessures psychologiques ne sont pas des catégories de diagnostic dans les manuels du DSM ou de la CIM.
  • Le mot « blessure » a été utilisé dans les efforts visant à lutter contre la stigmatisation à l’égard des troubles mentaux, en particulier le trouble de stress post-traumatique.

Blessure morale

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Un concept en évolution qui continue d’être discuté entre experts.
  • Selon un point de vue, une blessure morale est un type de traumatisme psychologique caractérisé par un semtiment de culpabilité,la honte et une crise spirituelle intenses.
  • Peut découler d’une violation grave des convictions morales profondes, des normes d’éthique, des croyances spirituelles, de l’expérience d’une grave trahison ou du fait d’avoir été témoin d’atrocités commises par des personnes dignes de confiance.
  • A été décrit comme une blessure à l’identité (Nash, 2016), à l’être central, à l’esprit et à la personnalité qui entraîne des relations brisées (Brémault-Phillips et coll. 2019).

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans les manuels du DSM ou de la CIM.
  • Le concept de blessure morale fait encore l’objet de débats entre experts.
  • Serait un type de problème de santé mentale qui résulte d’une violation des croyances et des valeurs morales profondément ancrées.
  • A été décrit comme une blessure à l’identité, à l’être central, à l’esprit et à la personnalité qui entraîne des relations brisées. 

Blessure de stress professionnel/Blessure de stress organisationnel

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Actuellement utilisé principalement au Canada.
  • Renvoie en général à un problème de santé mentale survenu à la suite de l’exposition à un ou à plusieurs événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique.
  • Terme utilisé pour décrire une vaste gamme de problèmes, y compris les troubles mentaux comme le trouble de stress post-traumatique et des problèmes de santé mentale qui peuvent ne pas répondre à des critères de trouble de stress post-traumatique du DSM ou de la CIM, mais qui peuvent néanmoins entraver le fonctionnement au quotidien lors d’activités sociales, professionnelles ou familiales.
  • En classant les problèmes de santé mentale dans la catégorie des « blessures » aussi légitimes que les blessures physiques, le terme peut réduire la stigmatisation associée aux termes comme troubles mentaux ou problèmes de santé mentale. 

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Actuellement utilisé principalement au Canada pour réduire la stigmatisation associée au mot « trouble ».
  • À l’heure actuelle, ce terme est le plus souvent utilisé dans les milieux militaires et de la sécurité publique au Canada.
  • Renvoie en général à un problème de santé mentale survenu à la suite de l’exposition à un ou à plusieurs événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique.
  • A été utilisé par certaines personnes pour désigner trouble de stress post-traumatique, mais a également été utilisé par certaines personnes pour désigner d’autres troubles mentaux.

Blessure de stress opérationnel (BSO)

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Actuellement utilisé principalement au Canada.
  • Définie à l’origine comme tout trouble mental ou autre problème de santé mentale résultant de fonctions opérationnelles exécutées pendant le service dans les Forces armées canadiennes.
  • Terme utilisé pour décrire une vaste gamme de problèmes, y compris les troubles mentaux comme les troubles anxieux, les troubles dépressifs et le trouble de stress post    traumatique (TSPT), ainsi que les problèmes de santé mentale qui peuvent ne pas répondre aux critères diagnostiques du DSM ou de la CIM, mais qui peuvent néanmoins entraver le fonctionnement au quotidien lors d’activités sociales, professionnelles, ou familiales. 
  • Le terme a été inventé par le Lieutenant-colonel canadien (retraité) Stéphane Grenier dans le cadre d’un vaste effort visant à réduire la stigmatisation associée avec d’autres termes (p. ex., troubles mentaux, problèmes de santé mentale) en catégorisant les problèmes de santé mentale comme des « blessures » qui sont tout aussi légitimes que les blessures physiques subies dans le cadre de fonctions opérationnelles.
  • L’usage contemporain réfère à tout trouble mental ou autre problème de santé mentale résultant de facteurs de stress opérationnel vécus dans l’exercice de fonctions professionnelles, en particulier dans l’armée, la police ou d’autres professions en sécurité publique. 
  • En général, les facteurs de stress opérationnel associés à une blessure de stress opérationnel réfèrent à des événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique; toutefois, dans certains cas, le stress opérationnel fait également référence à d’autres éléments des tâches professionnelles (p. ex., le travail par quarts, les heures supplémentaires, le fait de maintenir une « image exemplaire » en public).
  • À l’occasion, le terme « blessure de stress opérationnel » est utilisé à tort comme synonyme de « blessure de stress organisationnel » ou de « blessure de stress professionnel »; cependant, le stress opérationnel, le stress organisationnel et le stress professionnel ont tous été définis différemment dans la littérature existante.
  • Les facteurs de stress organisationnel peuvent comprendre le manque de personnel, le manque de formation sur du nouvel équipement, le manque de ressources appropriées, des styles de leadership incohérents et un manque de soutien perçu entre collègues et dirigeants.
  • Le terme « facteur de stress professionnel » a  été  utilisé  pour  désigner  collectivement de  façon  générale les    facteurs    de    stress    opérationnel    et organisationnel.
  • À l’heure actuelle, seul le terme « blessure de stress opérationnel » a été défini et utilisé régulièrement par les membres du milieu de la santé mentale.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Désigne tout troubles-mental  ou autre problème de santé mentale résultant de facteurs de stress opérationnels subis (quelle que soit la gravité) lors de l’exercice de fonctions professionnelles, en particulier dans les forces militaires ou les professionnels de la sécurité publique.
  • Souvent utilisé à tort de manière interchangeable avec blessure de stress professionnel ou blessure de stress organisationnel; par conséquent, dans la mesure du possible, utiliser l’acronyme BSO uniquement pour les blessures de stress opérationnel et toujours être précis quand il y a une référence à une blessure de stress professionnel, une blessure de stress organisationnel et une blessure de stress opérationnel.

Bien-être

Pour les experts

  • Il existe de nombreuses façons de comprendre le terme « bien-être », et en anglais, il n’existe pas  de norme  universelle pour  l’orthographe « well-ness » avec un trait d’union ou « wellness » sans trait d’union.
  • Les  psychologues  parlent  souvent  de  formes de bien-être psychologique subjectif, comme le bonheur ou la qualité de vie. Les économistes parlent de    formes    de    bien-être    objectif, comme  le  produit  national  brut  ou  le  revenu des ménages. Récemment, des chercheurs de partout dans le monde  ont  commencé  à  envisager  le bien-être en termes plus larges qui englobent tous les différents types de bien-être.
  • Anciens Combattants Canada (ACC) et les Forces armées canadiennes (FAC) décrivent le bien-être à l’aide d’un cadre général qui comprend sept domaines en interaction :
    1. emploi ou autre activité importante; 
    2. finances; 
    3. santé;
    4. compétences de vie ou état de préparation;
    5. intégration sociale; 
    6. logement ou environnement physique; et
    7. milieu social et culturel. Le milieu culturel ou social comprend un large éventail de facteurs tels que les valeurs, les normes, les soins de santé et les autres systèmes de sécurité sociale. Les éléments de chaque domaine dans ce cadre peuvent varier de mauvais à bon, selon des mesures subjectives et objectives (Thompson, MacLean, Roach, Banman, Mabior et Pedlar 2016; Thompson, Heber, VanTil, Simkus, Carrese, Sareen et Pedlar, 2019).
  • Dans le cadre de bien-être de type ACC FAC, la santé est un domaine de bien-être qui peut interagir avec les autres domaines pour influer sur le bien-être; p. ex., avoir un bon emploi favorise une bonne santé mentale, mais il est également vrai qu’avoir une bonne santé mentale favorise la recherche et le maintien d’un bon emploi.
  • La variabilité subjective et objective de « mauvais » à « bon » dans chaque domaine souligne la complexité du bien-être et l’importance de comprendre la santé comme partie intégrante d’un système doté d’une causalité bidirectionnelle, plutôt que comme quelque chose qui fonctionne de façon isolée.

Pour le grand public

  • Il existe de nombreuses façons de comprendre le terme « bien-être ».
  • Le bien-être psychologique, comme le bonheur ou la qualité de vie, ou le bien-être économique, comme le revenu du ménage ou le produit national brut, en sont des exemples.
  • Anciens Combattants Canada (ACC) et les Forces armées canadiennes (FAC) décrivent le bien-être à l’aide d’un cadre général qui inclut toutes les façons de considérer le bien-être dans sept domaines en interaction :
    1. emploi ou autre activité importante;
    2. finances;
    3. santé;
    4. compétences de vie ou état de préparation;
    5. intégration sociale;
    6. logement ou environnement physique; et
    7. milieu social et culturel, qui comprend des éléments comme les normes, les valeurs, les soins de santé et d’autres services de soutien.

Croissance post-traumatique

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Fait référence aux changements personnels positifs qui peuvent résulter du travail d’une personne pour faire face aux conséquences psychologiques de l’exposition à un traumatisme ou à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique.
  • Les principales dimensions de la croissance post-traumatique comprennent l’amélioration des relations (p. ex., augmentation de l’empathie, de l’humilité et de l’altruisme); les changements dans la perception de soi (p. ex., résilience personnelle, force, acceptation accrue de la vulnérabilité et limitations); les changements dans la philosophie de vie (p. ex., réévaluation de l’importance) et les changements spirituels ou existentiels (Tedeschi, Park et Calhoun, 1998; Tedeschi, Calhoun et Groleau, 2015)
  • La croissance post-traumatique n’est pas seulement un retour au niveau de fonctionnement d’avant le traumatisme, mais une croissance positive au-delà des niveaux de fonctionnement d’avant le traumatisme.
  • La croissance post-traumatique et le stress post-traumatique peuvent survenir chez la même personne en même temps.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans les manuels du DSM ou de la CIM.
  • Fait généralement référence aux changements personnels positifs qui peuvent résulter de la lutte d’une personne pour gérer les conséquences d’être exposée à un ou plusieurs événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique.
  • Les changements personnels positifs peuvent inclure une nouvelle appréciation de la vie et des possibilités futures, un nouveau sens de la force personnelle, de meilleures relations avec les autres (p. ex., une nouvelle orientation vers l’aide aux autres) et un changement spirituel ou existentiel.
  • La croissance post-traumatique n’est pas seulement un retour au niveau de fonctionnement d’avant le traumatisme, mais une croissance positive au-delà des niveaux de fonctionnement d’avant le traumatisme.

Diagnostic

Pour les experts

  • Un diagnostic consiste à expliquer l’état de santé mentale ou physique d’une personne au moyen de l’examen et de la prise en compte de divers types de données probantes.
  • Le diagnostic est également une conclusion tirée au sujet de la nature d’un état de santé, d’une maladie ou d’un trouble.
  • Les critères pour établir le diagnostic d’un trouble mental comprennent les critères énumérés dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) ou dans la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes (CIM).
  • Le mot « diagnostic » renvoie de manière générale à toute conclusion justifiable par un membre d’une profession de la santé réglementée dans son champ de pratique, et non seulement aux formulations présentées dans le DSM ou la CIM.
  • Un diagnostic de problème de santé mentale ne devrait pas être posé sans tenir compte des diagnostics différentiels de problèmes de santé physique qui pourraient expliquer l’état de santé de la personne. De plus, des troubles de santé physique peuvent également accompagner les troubles mentaux.

Pour le grand public

  • Une explication concernant la santé mentale ou physique d’une personne donnée par un professionnel de la santé qualifié dans le cadre de son champ d’exercice.
  • Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) ou la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes (CIM)fournissent des critères de diagnostic des troubles mentaux.

Expériences négatives de l’enfance (ENE)

Pour les experts

  • « Les expériences négatives de l’enfance sont définies sur le plan opérationnel comme des événements de l’enfance, de gravité variable et souvent chroniques, qui se produisent dans la famille ou l’environnement social d’un enfant et qui causent des préjudices et de la détresse, perturbant ainsi sa santé et son développement physique ou psychologique » (Kalmakis et Chandler, 2014) [traduction libre].
  • Des exemples comprennent, entre autres, l’exposition à la violence psychologique, physique, ou sexuelle, à la négligence psychologique ou physique, à la violence conjugale ou au dysfonctionnement au sein du ménage (c.-à-d., séparation des parents, membre de la famille ayant des antécédents de troubles mentaux, de consommation de substances, d’incarcération ou de tentative de suicide). 

Pour le grand public

  • Expériences d’événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique dans la vie familiale ou sociale d’un enfant qui perturbent sa santé, lui causant du tort ou de la détresse.
  • Comprend, entre autres, la négligence émotive ou physique, la violence émotive, physique ou sexuelle ou la violence au sein du ménage.
  • Peut prédisposer les enfants à des problèmes de santé mentale plus tard dans la vie. 

Épuisement professionnel

Pour les experts

  • Actuellement un diagnostic dans la CIM.
  • L’Épuisement professionnel est décrit par l’Organisation mondiale de la santé comme un « phénomène lié au travail » et est inclus dans la Classification internationale des maladies (CIM-11). La CIM-11 définit l’Épuisement professionnel comme étant « un syndrome conceptualisé comme résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été correctement géré ». « Le terme d’Épuisement professionnel désigne spécifiquement des phénomènes relatifs au contexte professionnel et ne doit pas être utilisé pour décrire des expériences dans d’autres domaines de la vie. » (Organisation mondiale de la santé, 2018)
  • Il s’agit d’un « syndrome psychologique en réponse aux facteurs de stress interpersonnel chroniques au travail. Les trois dimensions clés de cette réponse sont un épuisement écrasant, un sentiment de cynisme et de détachement du travail et un sentiment d’inefficacité et de manque d’accomplissement » (Maslach, Leiter et Schaufeli, 2009) [traduction libre].
  • Peut aussi entraîner un changement négatif dans la réaction face aux autres, y compris la dépersonnalisation, des attitudes inappropriées envers les collègues de travail, l’irritabilité, la perte d’idéalisme et le repli sur soi (Maslach, Leiter et Schaufeli, 2008).
  • Les facteurs organisationnels sous-jacents à l’Épuisement professionnel sont les suivants :
  • « charge de travail élevée, manque de contrôle ou d’influence sur les politiques et les procédures de l’organisme, iniquité dans la structure organisationnelle et la discipline, faible soutien des pairs et de la supervision, et mauvaise formation en milieu de travail » (Barak, Nissly et Levin, 2001; Maslach et Leiter, 1997; Newell et MacNeil, 2010) [traduction libre].
  • Différent de la fatigue de compassion, du stress vicariant et du traumatisme vicariant parce que lÉpuisement professionnel n’est pas nécessairement ou exclusivement lié à l’exposition à des événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique ou à des expériences traumatiques complexes, ou à des expériences négatives de l’enfance.

Pour le grand public

  • Actuellement un diagnostic dans la CIM.
  • Problème de santé mentale qui peut survenir lorsque la personne subit un stress professionnel continu en milieu de travail, particulièrement un stress organisationnel (p. ex., conflit continu avec les superviseurs ou les collègues, nombre élevé d’heures supplémentaires, pauses insuffisantes).
  • Peut se produire lorsque la personne semble éprouver un ou plusieurs des états suivants : épuisement accablant, cynisme, détachement du travail, sentiment d’inefficacité ou absence de récompense dans son travail.

Événement traumatique / Stress traumatique / Facteur de stress traumatique

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Dans le contexte des discussions sur la santé mentale, fait généralement référence à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique.
  • Le DSM et la CIM précisent les types d’événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique qui servent de critères pour le diagnostic de trouble de stress post-traumatique (pour en savoir plus, voir événement traumatique sur le plan psychologique).
  • Pour plus de clarté, le mot « psychologique » ou « physique » devrait être utilisé, comme dans « événement traumatique sur le plan physique », ou « événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique », car tous les événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique ne sont pas nécessairement traumatiques sur le plan physique, et les événements traumatiques sur le plan physique ne le sont pas nécessairement sur le plan psychologique.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Dans le contexte des discussions sur la santé mentale, fait généralement référence à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique.
  • L’utilisation de ces termes sans préciser « sur le 
  • plan psychologique » ou « sur le plan physique »
  • peut prêter à confusion quant à la nature du stress ou de l’événement potentiellement traumatique.

Fatigue de compassion

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Un problème de santé mentale caractérisé par des réactions psychologiques indésirables chez les personnes qui prodiguent des soins à d’autres, associé au stress causé par les soins, l’empathie et l’investissement, à la fois physique et psychiatrique, liés à la prise en charge de personnes souffrantes.
  • La fatigue de compassion se manifeste notamment par un sentiment d’impuissance, de confusion et de perte de compassion ou d’empathie envers les personnes traitées ou aidées, ainsi que par un sentiment d’isolement par rapport aux collègues et au soutien social habituel.
  • La fatigue de compassion peut survenir à la suite d’une exposition unique ou d’une accumulation d’expositions à un traumatisme.
  • Parfois associée au stress vicariant ou au traumatisme vicariant, mais considérée comme différente de l’Épuisement professionnel.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Un type de problème de santé mentale qui peut survenir chez les aidants naturels et les professionnels aidants.
  • Lié au stress de prendre soin d’autres personnes qui sont en détresse ou qui souffrent.
  • Crée un sentiment d’impuissance, de confusion ou de perte graduelle de compassion et d’empathie pour les autres, et le sentiment d’être isolé de ses collègues et des autres personnes. 

Incident critique

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique qui sont courants dans certains groupes, comme le personnel de la sécurité publique.
  • Les incidents critiques sont perçus comme suscitant des « réactions émotionnelles anormalement fortes susceptibles de nuire à la capacité des répondants de fonctionner sur les lieux de l’incident ou plus tard » et peuvent comprendre « tous les cas de garde physique (arrestations), toutes les poursuites en véhicule ou à pied, toutes les interventions programmées (urgences), tous les accidents d’automobile nécessitant un travail physique et tous les appels qui représentent une menace active pour les personnes ou les biens » (Mitchell 1983, p. 36) [traduction libre].
  • Le terme « incident critique » a été utilisé pour distinguer les expositions courantes dans l’exercice de leurs fonctions, des expositions jugées plus susceptibles d’être problématiques.
  • D’après les résultats des travaux de recherche actuels, les perceptions individuelles, plutôt qu’un sous-ensemble précis d’événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, pourraient servir de facteurs déterminants pour établir si l’exposition potentiellement traumatique sur le plan psychologique devient problématique.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique qui peuvent être vécus par le personnel de la sécurité publique, mais qui peuvent néanmoins susciter des réactions émotionnelles exceptionnellement fortes.
  • Peut survenir lorsqu’une personne est submergée par l’ampleur, la gravité, le lien personnel ou l’étendue de l’exposition à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique.
  • Souvent utilisé à tort de façon interchangeable avec un événement traumatique ou un traumatisme sur le plan psychologique.

Mieux-être-

Pour les experts

  • Beaucoup de personnes et organismes ont des conceptions différentes du terme  « mieux-être ».
  • Le Cadre du continuum du mieux-être mental des Premières Nations (CCMEMPN) définit le mieux-être mental comme un équilibre entre les aspects mental, physique, spirituel et émotionnel (Santé Canada et Assemblée des Premières Nations, 2014). Il y a renforcement de cet équilibre chez les individus qui : ont un but dans leur vie quotidienne, que ce but passe par l’éducation, l’emploi, la prestation de soins ou une façon d’être et de faire  ancrée dans la culture; qui entretiennent à l’égard de leur avenir et de celui de leur famille un espoir découlant de leur volonté de vivre leur vie en se fondant sur la connaissance de soi, des valeurs autochtones uniques et une croyance en l’esprit; qui éprouvent un sentiment d’appartenance et d’attachement relativement à leur famille, à leur communauté et à leur culture; et qui ont le sentiment que la vie a un sens et qui comprennent de quelle façon leur vie et celles des membres de leur famille et de leur communauté s’inscrivent dans la création et dans une histoire riche.
  • Il y a eu beaucoup de chevauchement entre les
  • termes « mieux-être », « santé » et « bien-être »,
  • y compris l’utilisation des termes de façon interchangeable.
  • Le cadre de mieux-être d’Anciens Combattants Canada permet de distinguer les mots de cette façon :
    1. Bien-être : défini comme dans le cadre composite de type surordonné d’ACC.
    2. Santé : un domaine du bien-être, influencé par le bien-être dans les autres domaines et influençant ce dernier.
    3. Mieux-être : modes de vie pour atteindre un bon état de bien-être, en particulier dans le domaine de la santé.

Pour le grand public

  • Beaucoup de personnes et d’organismes ont des conceptions différentes du terme « mieux-être ». Il est peu probable qu’une définition consensuelle soit possible pour le moment.
  • Le Cadre du continuum du mieux-être mental des Premières Nations (CCMEMPN) définit le mieux-être mental comme un équilibre entre l’esprit, le corps, l’âme et les émotions. Dans ce cadre, le mieux-être mental s’enrichit lorsqu’une personne a un but, un sentiment d’appartenance, et un sens.

Maladie mentale

Pour les experts

  • Lorsque ce terme est utilisé, il désigne les troubles mentaux, diagnostiqués ou non encore diagnostiqués.
  • La gravité varie de légère à grave.
  • Associé à une détresse importante dans le cadre d’activités sociales, professionnelles ou autres.

Pour le grand public

  • Autre terme pour trouble mental.
  • Peut être considéré comme inexact ou stigmatisant.
  • Associé à une détresse importante dans le cadre d’activités sociales, professionnelles ou autres.

Personnes ayant une expérience vécue / Experts d’expérience

Pour les experts

  • Personnes atteintes ou qui étaient atteintes d’un trouble mental ou d’un problème de santé mentale, ou qui se rétablissent d’un tel trouble ou d’un tel problème.
  • Peut également comprendre des personnes exposées à un facteur de stress ou à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique.
  • Peut également inclure les proches ou d’autres personnes de soutien qui s’occupent de personnes qui vivent, ou ont subi un trouble mental ou un problème de santé mentale, ou qui s’en rétablissent ou qui sont exposées à un facteur de stress ou à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique.

Pour le grand public

  • Personnes atteintes ou qui étaient atteintes d’un trouble mental ou d’un problème de santé mentale, ou qui se rétablissent d’un tel trouble ou d’un tel problème.

 

Premier répondant

Pour les experts

  • La définition de « premier répondant » continue à évoluer.
  • Une personne ayant une formation spécialisée qui est parmi les premiers à arriver et à fournir une assistance sur les lieux d’une situation d’urgence, tel un accident, une catastrophe naturelle ou une attaque terroriste. Historiquement, les premiers répondants ont traditionnellement inclus les paramédics, les techniciens médicaux d’urgence, les policiers, les pompiers et le personnel de sauvetage.
  • D’autres membres qui ont une formation spécialisée dans des organismes liées à ce type de travail, y compris les responsables en communications de sécurité publique (p. ex., le personnel des centres d’appels 911) et les agents correctionnels sont également considérés comme des premiers répondants.

Pour le grand public

  • La définition de « premier répondant » continue à évoluer.
  • Une personne ayant une formation spécialisée qui est parmi les premiers à arriver et à fournir une assistance sur les lieux d’une situation d’urgence, tel un accident, une catastrophe naturelle ou une attaque terroriste. Historiquement, les premiers répondants incluaient les paramédics,   les   techniciens médicaux  d’urgence, les policiers, les pompiers et le personnel de sauvetage.
  • D’autres membres qui ont une formation spécialisée dans des organismes liées à l’assistance professionnelle sur les lieux d’une situation d’urgence (p. ex., les responsables des communications en sécurité publique comme le personnel des centres d’appels 911), peuvent également être considérés comme premiers répondants.

Personnel de la sécurité publique

Pour les experts

  • La définition du personnel de la sécurité publique continue d’évoluer.
  • Actuellement, le terme est principalement utilisé au Canada.
  • Terme général désignant le personnel qui assure la sûreté et la sécurité des Canadiens.
  • Le PSP comprend, sans toutefois s’y limiter, les agents des services frontaliers, les agents des communications en sécurité publique, les travailleurs correctionnels, les pompiers (professionnels et volontaires),  les gestionnaires autochtones des mesures d’urgence, les agents du renseignement opérationnel, les paramédics, les policiers (municipaux, provinciaux et fédéraux) et le personnel de recherche et sauvetage.
  • Historiquement
    1. Dans le rapport de 2016 du Comité permanent de la sécurité publique et nationale intitulé « santé mentale et sécurités des collectivité », Sécurité publique Canada a indiqué que le terme « agent de la sécurité publique » est « employé dans un sens large pour désigner le personnel de première ligne chargé d’assurer la sécurité des Canadiens », notamment les premiers répondants et les trois services d’intervention d’urgence (c.-à-d., les pompiers, les paramédics et les policiers), le personnel de recherche et sauvetage, les agents des services correctionnels, les agents des services frontaliers, les agents du renseignement opérationnel et les gestionnaires autochtones des mesures d’urgence.
    2. D’après la rétroaction à propos du mot « agent » dans le terme « agent de la sécurité publique », de nombreux groupes professionnels censés être inclus se sont sentis exclus parce qu’ils ne s’identifiaient pas à la fonction d’agent; par conséquent, le terme « personnel de la sécurité publique » a été adopté pour désigner les personnes exerçant à titre professionnel des fonctions publiques liées au domaine de la sécurité publique.

Pour le grand public

  • La définition du personnel de la sécurité publique continue d’évoluer.
  • Tous les premiers répondants peuvent également être désignés sous le nom de personnel de la sécurité publique.
  • Terme général comprenant le personnel qui assure la sûreté et la sécurité des Canadiens.
  • Le PSP comprend, sans toutefois s’y limiter, les agents des services frontaliers, les agents des communications en sécurité publique, les travailleurs correctionnels, les pompiers (professionnels et volontaires), les gestionnaires autochtones des mesures d’urgence, les agents du renseignement opérationnel, les paramédics, les policiers (municipaux, provinciaux et fédéraux) et le personnel de recherche et sauvetage.

Problèmes de santé mentale / Difficultés d'ordre psychologique

Pour les experts

  • Terme général qui inclut les troubles mentaux, les symptômes non diagnostiqués qui pourraient s’expliquer par des diagnostics de troubles mentaux.
  • Comprend également les états de mauvaise santé mentale qui ne répondent pas aux critères de diagnostic des troubles mentaux du DSM ou de la CIM, y compris, les réactions cohérentes sur le plan de la culture aux facteurs de stress courants et aux comportements sociaux déviants avec lesquels la personne peut ou non bien fonctionner.
  • Certaines personnes préfèrent utiliser « difficultés d’ordre psychologique » plutôt que « problèmes de santé mentale » dans le but de réduire la stigmatisation.

Pour le grand public

  • Tout état de mauvaise santé mentale.
  • Comprend les réactions normales aux facteurs de stress quotidiens, ainsi que les troubles mentaux.
  • Certaines personnes préfèrent utiliser « difficultés d’ordre psychologique » plutôt que « problèmes de santé mentale » dans le but de réduire la stigmatisation. 

Rétablissement

Pour les experts

  • Il n’existe pas de définition universellement acceptée de ce terme, mais le concept est largement approuvé.
  • Fait référence au cheminement personnel contextualisé et autodéterminé vers le bien-être lorsqu’une personne souffre d’un trouble mental, d’un état de santé physique chronique, ou de douleur chronique.
  • Un processus de changement continu qui améliore le bien-être de la personne, y compris la réduction des symptômes, mais qui lui permet aussi de mener une vie valorisante où elle a une santé mentale positive, est optimiste et remplie d’espoir et participe et contribue (Commission de la santé mentale du Canada, 2017; Collège des médecins de famille du Canada, 2018).

Pour le grand public

  • Le cheminement personnalisé vers un mode de vie qui permet à une personne ayant un problème de santé physique ou mentale d’avoir une santé mentale positive et un état de bien-être sain.

Résilience

Pour les experts

  • Généralement utilisé pour décrire le concept d’adaptation ou de rebondissement après un événement ou une expérience négative.
  • Défini de différentes façons comme quelque chose que l’on possède, que l’on développe ou que l’on utilise, reflétant un manque de consensus sur les qualités ou les composantes propres qui composent la résilience.
  • Peut faire référence à la résilience des individus, mais peut aussi faire référence à la résilience des groupes (p. ex., familles, équipes, organismes).
  • La résilience a été utilisée pour décrire la capacité de s’adapter et de maintenir ou de revenir à des niveaux antérieurs de bon état de bien-être chez des individus ou des groupes (p. ex., familles, équipes, organismes).
  • La résilience peut être influencée par des facteurs internes individuels, et par des facteurs créés par des groupes (p. ex., familles, équipes, organismes).
  • La résilience n’est pas constante, mais peut varier au fil du temps en raison de facteurs internes ou externes.

Pour le grand public

  • La capacité d’une personne à s’adapter aux défis ou à se remettre après une mauvaise expérience.
  • Cette capacité peut être d’avantage soutenue ou compromise par les groupes auxquels une personne appartient (p. ex., par sa famille, son équipe, son organisme).
  • La résilience n’est pas toujours constante, mais elle peut varier au fil du temps en raison de facteurs internes ou externes (p. ex., le milieu de travail).

Stress post-traumatique (SPT)

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • A été utilisé pour désigner le stress ou les problèmes de santé mentale découlant de l’exposition à un facteur de stress ou à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique.
  • Ce terme a été utilisé pour désigner spécifiquement le trouble de stress post-traumatique, mais il a également été utilisé pour désigner des problèmes de santé mentale présentant certaines caractéristiques du trouble de stress post-traumatique qui ne répondent pas aux critères du diagnostic de trouble de stress post-traumatique, mais qui peuvent néanmoins entraver le fonctionnement au quotidien lors d’activités sociales, professionnelles ou familiales.
  • Peut se développer peu de temps après une exposition à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique ou progressivement au fil du temps à la suite d’expositions cumulatives.
  • Ne fait pas référence aux réactions à des événements stressants ou à des changements importants dans la vie qui ne sont pas des facteurs de stress ou des événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique; ne fait donc pas référence aux réactions normales aux facteurs de stress courants.
  • Souvent utilisé à tort de façon interchangeable avec d’autres termes comme le Trouble de stress post-traumatique; ainsi, dans la mesure du possible, l’utilisation d’un autre terme plus précis sera plus juste et plus utile.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • A été utilisé pour désigner le stress ou les problèmes de santé mentale découlant de l’exposition à un facteur de stress ou à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique.
  • A été utilisé pour désigner spécifiquement le trouble de stress post-traumatique, mais a également été utilisé pour désigner les problèmes de santé mentale qui suivent l’exposition à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique et qui entravent le fonctionnement au quotidien lors d’activités sociales, professionnelles ou familiales.
  • Souvent utilisé à tort de façon interchangeable avec d’autres termes; ainsi, dans la mesure du possible, l’utilisation d’un autre terme plus précis sera plus juste et plus utile.

Syndrome de stress post-traumatique

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Peut être considéré comme inexact ou stigmatisant.
  • Souvent utilisé à tort de façon interchangeable avec plusieurs autres termes; ainsi, dans la mesure du possible, l’utilisation d’un autre terme plus précis sera plus juste et plus utile.
  • Voir aussi blessure de stress post-traumatique, trouble de stress post-traumatique et stress post-traumatique.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Peut être considéré comme inexact ou stigmatisant.
  • Souvent utilisé à tort de façon interchangeable avec plusieurs autres termes; ainsi, dans la mesure du possible, l’utilisation d’un autre terme plus précis sera plus juste et plus utile.
  • Voir aussi blessure de stress post-traumatique, trouble de stress post-traumatique et stress post-traumatique.

Santé

Pour les experts

  • Le fonctionnement physique, mental, social et certains disent spirituel d’une personne, qui peut varier de « pauvre » à « bon » (Huber, 2010; Huber, Knottnerus, Green, van der Horst, Jadad, Kromhout … et Smid, 2011; Thompson, MacLean, Roach, Banman, Mabior et Pedlar 2016; Thompson, Heber, VanTil, Simkus, Carrese, Sareen et Pedlar, 2019).
  • La santé peut être décrite subjectivement, comme la description qu’une personne fait de sa santé, de son bien-être psychologique ou de sa qualité de vie liée à la santé.
  • La santé peut aussi être décrite objectivement, comme à l’aide des   observations d’un membre de la famille ou d’un professionnel de la santé.

Pour le grand public

  • Désigne la façon dont une personne fonctionne physiquement, mentalement, socialement et spirituellement.
  • Peut être décrite comme la façon dont la personne perçoit sa propre santé ou la façon dont les autres perçoivent la santé d’une personne. 

Stress / Facteur de stress / Événement stressant -

Pour les experts

  • Le stress décrit l’expérience qu’une personne vit lorsqu’elle est touchée par un ou plusieurs facteurs de stress, qui est souvent caractérisée par une détresse psychologique et des changements physiologiques (p. ex., augmentation de la fréquence cardiaque, respiration peu profonde, tension musculaire).
  • Le stress est une expérience courante et un certain stress peut être une bonne chose si ce dernier mène à la croissance et à l’adaptation; cependant, le stress peut entraîner un traumatisme psychologique.
  • Un facteur de stress est une force physique, radiologique, biologique, socioéconomique ou psychologique qui agit sur une personne lors d’événements tels qu’un accident de la route, la perte d’une relation importante, la perte d’un emploi, la confrontation avec un agresseur, une perte financière ou à la suite d’expériences négatives de l’enfance.
  • Un événement stressant est un incident durant lequel un facteur de stress agit sur une personne et provoque une expérience émotionnelle accompagnée de changements biochimiques, physiologiques et comportementaux prévisibles.
  • Présentant un risque de confusion, le mot stress est souvent utilisé comme synonyme, parfois à tort, de stress traumatique, de traumatisme psychologique, de problème de santé mentale ou de trouble mental associé à l’expérience d’un événement stressant.
  • En général, les termes stress,  facteur de stress et événement stressant sont souvent utilisés de façon interchangeable et renvoient souvent à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique ou à une expérience négative de l’enfance.

Pour le grand public

  • Le stress désigne la façon dont une personne se sent ou a l’air lorsqu’elle est affectée par un facteur de stress.
  • Le stress est une expérience courante et un certain stress peut être une bonne chose si ce dernier mène à la croissance et à l’adaptation; cependant, le stress peut entraîner un traumatisme psychologique.
  • Un facteur de stress est quelque chose qui exerce une pression physique ou mentale sur une personne.
  • Une personne qui vit un événement stressant est touchée par un ou plusieurs facteurs qui lui causent du stress. Si l’expérience est suffisamment grave, le stress peut entraîner un traumatisme psychologique qui peut mener à un problème de santé mentale, comme le trouble de stress post-traumatique.
  • Présentant un risque de confusion, le mot stress est souvent utilisé indistinctement, parfois à tort, de stress traumatique, de traumatisme psychologique, de problème de santé mentale ou de trouble mental associé à l’expérience d’un événement stressant.
  • Les termes stress, facteur de stress et événement stressant sont souvent utilisés de façon interchangeable et renvoient souvent à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique ou à une expérience négative de l’enfance.

Stress traumatique vicariant ou secondaire

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Le stress qui peut survenir à la suite d’une exposition indirecte à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique ou chez une personne qui a subi un traumatisme (p. ex., être témoin des conséquences d’un événement traumatique, découvrir le traumatisme vécu par un proche, ou dans le cadre d’un soutien ou de soins fournis à une autre personne, de façon professionnelle ou personnelle).

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Stress ressenti par une personne lorsqu’elle apprend qu’une autre personne a subi un traumatisme.

Trouble de stress aigu (TSA)

Pour les experts

  • Les critères diagnostiques sont fournis pour le TSA dans le DSM et la CIM.
  • Trouble mental qui peut survenir après une exposition à des facteurs de stress psychologique lors de certains types d’événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, perçus comme une menace grave pour soi-même ou pour autrui.
  • Comme pour trouble de stress post-traumatique, les symptômes peuvent comprendre (sans toutefois s’y limiter) :
    1. Souvenirs involontaires récurrents ou réactions physiologiques importantes;
    2. Incapacité de ressentir des émotions positives;
    3. Difficulté à se rappeler et évitement de l’événement traumatique sur le plan psychologique;
    4. Hyperexcitation;
    5. Parfois des sentiments persistants de détachement persistants.
  • Les expériences ont duré trois jours ou plus, mais moins d’un mois, et causent une détresse ou une déficience cliniquement significative dans des domaines importants du fonctionnement social, professionnel ou autre.
  • Les symptômes et les signes ne sont pas mieux expliqués par un autre problème de santé mentale ou physique ou par les effets d’une substance.
  • Peut évoluer vers le trouble de stress post-traumatique et d’autres types de traumatismes psychologiques.

Pour le grand public

  • Les critères diagnostiques sont fournis pour le TSA dans le DSM et la CIM.
  • Trouble mental qui survient après une exposition à des facteurs de stress psychologique lors de certains événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique.
  • Les symptômes peuvent comprendre (sans toutefois s’y limiter) :
    1. Souvenirs envahissants de l’événement;
    2. Incapacité d’avoir des sentiments positifs;
    3. Difficulté à se souvenir de l’événement; évitement des rappels de l’événement, troubles du sommeil ou vigilance excessive;
    4. Parfois sentiment que les choses ne sont pas réelles.
  • Les symptômes apparaissent dans le mois qui suit l’événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique et peuvent se transformer en trouble de stress post-traumatique après un mois; toutefois, le trouble de stress aigu n’est pas un préalable au trouble de stress post-traumatique.
  • Le diagnostic de trouble de stress aigu est posé si l’état de la personne n’est pas mieux expliqué par un autre trouble physique ou mental.

Trouble de stress post-traumatique (TPST)

Pour les experts

  • Les critères diagnostiques sont fournis pour le trouble de stress post-traumatique dans le DSM et la CIM.
  • Trouble mental qui peut survenir après une exposition à certains types d’événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, perçus comme une menace grave pour soi-même ou pour autrui.
  • Parmi les symptômes, mentionnons :
    1. Souvenirs involontaires intrusifs, rappels d’images, cauchemars ou détresse lors de l’exposition aux déclencheurs de l’événement traumatique;
    2. Évitement des rappels de l’événement traumatique;
    3. Humeurs et pensées négatives persistantes, liées à l’événement, comme la peur, la méfiance, la honte ou le détachement;
    4. Troubles du sommeil, hypervigilance, réaction de sursaut, irritabilité ou colère;
    5. Dissociation parfois importante, avec amnésie ou diminution de la réponse aux stimuli externes.
  • Les expériences durent plus d’un mois et causent une détresse ou une déficience cliniquement significative dans des domaines importants du fonctionnement social, professionnel ou autre.
  • Les symptômes et les signes ne sont pas mieux expliqués par un autre problème de santé mentale ou physique, ou par les effets d’une substance.

Pour le grand public

  • Les critères diagnostiques sont fournis pour  le trouble de stress post-traumatique dans le DSM et la CIM.
  • Trouble mental qui survient après une exposition à des facteurs de stress psychologique lors de certains types d’événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique.
  • Le trouble de stress post-traumatique peut comprendre différentes combinaisons de troubles du sommeil, de rappels d’images, de déclencheurs, de souvenirs vifs et réguliers, de souvenirs intrusifs, d’évitement des rappels de l’événement traumatique sur le plan psychologique et d’évitement de penser à lévénement traumatique sur le plan psychologique, de difficultés à se rappeler certaines parties de l’événement traumatique sur le plan psychologique, de pensées constamment négatives, de mauvaise humeur, de colère, de sentiments de ne pas avoir le moral et d’avoir du mal à établir un contact émotionnel avec sa famille ou ses amis proches.
  • Les expériences durent plus d’un mois, et causent une détresse ou une déficience significative dans des domaines importants du fonctionnement social, professionnel ou autre.
  • Le diagnostic de trouble de stress post-traumatique est posé si l’état de la personne n’est pas mieux expliqué par un autre trouble physique ou mental.

Trouble de stress post-traumatique complexe (TSPT-C)

Pour les experts

  • Actuellement un diagnostic dans la CIM.
  • Répond à toutes les exigences diagnostiques du trouble de stress post-traumatique, avec des critères supplémentaires, comme il est précisé dans la CIM.
  • Les principales différences entre le TSPT-C et le trouble de stress post-traumatique sont la nature prolongée de l’événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique (p. ex., l’exposition à un camp de concentration) et les distorsions subséquentes du sentiment de soi et de l’identité personnelle et sociale fondamentale de la personne, ainsi qu’une dysrégulation émotionnelle importante. Le trouble de stress post-traumatique est plus généralement associé à un événement traumatique distinct ou à un ensemble d’événements traumatiques.
  • Décrit par Judith Herman (1992, 1995 et 2015).

Pour le grand public

  • Actuellement un diagnostic dans la CIM.
  • Un type de trouble de stress post-traumatique qui résulte d’événements traumatiques graves répétés auxquels la personne ne peut généralement pas échapper, souvent à cause d’expériences négatives de l’enfance.
  • Les personnes atteintes de cette condition souffent d’une  perte profonde de leur sens de l’identité et ont beaucoup de difficulté à contrôler leurs émotions.

Traumatisme complexe

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Traumatisme psychologique résultant de l’exposition à de multiples événements traumatiques ou à un seul événement traumatique prolongé, en particulier lorsque l’événement était difficile à fuir, comme des abus sexuels ou physiques répétés dans l’enfance, de la violence familiale prolongée, la torture, l’esclavagisme, des campagnes de génocide (Greeson, Briggs, Kisiel, Layne, Ake, Ko, Gerrity, Steinberg, Howard, Pynoos et Fairbank, 2011; Briere et Scott, 2015; National Child Traumatic Stress Network, 2019).
  • Peut entraîner des problèmes de santé mentale, entre autres, le trouble de stress post-traumatique et TSPT complexe, selon la gravité de la réaction à l’exposition initiale.
  • Souvent utilisé à tort de façon interchangeable avec le TSPT complexe, mais le traumatisme complexe est une expérience causale qui peut mener au TSPT complexe.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Traumatisme psychologique grave résultant de types d’événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique.
  • Souvent utilisé à tort de façon interchangeable avec le TSPT complexe.

Traumatisme psychologique / Blessure traumatique sur le plan psychologique / Traumatisé sur le plan psychologique

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Traumatisme causé par l’exposition à un événement traumatique sur le plan psychologique (Briere et Scott, 2015; Substance Abuse and Mental Health Services Administration, 2019).
  • Les manifestations de la blessure traumatique peuvent correspondre à un ou plusieurs troubles mentaux, mais peuvent aussi correspondre à des problèmes de santé mentale pour lesquels il n’existe aucune catégorie de diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Le traumatisme psychologique est une expérience unique vécue par une personne. 

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Le traumatisme psychologique est une expérience unique vécue par une personne qui peut se présenter différemment pour chacune.
  • Tout trouble mental ou autre problème de santé mentale résultant de l’exposition à un événement traumatique sur le plan psychologique.
  • Voir aussi troubles mentaux, blessure de santé mentale, blessures de stress post-traumatique, trouble de stress post-traumatique, trouble de stress aigu.

Troubles mentaux

Pour les experts

  • Une perturbation cliniquement significative de la cognition, de la maîtrise des émotions ou du comportement d’une personne qui reflète l’existence d’un dysfonctionnement dans les processus psychologiques, biologiques ou développementaux sous-tendant un diagnostic de fonctionnement mental lorsque l’état de la personne répond aux critères diagnostiques du DSM ou de la CIM.
  • Associé à une détresse importante dans le cadre d’activités sociales, professionnelles ou d’autres activités.
  • Les causes des troubles mentaux sont considérées comme multiples et interdépendantes, non linéaires et liées à diverses combinaisons d’événements traumatiques ou potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, à la génétique, à la biologie, à l’alimentation, aux facteurs socioéconomiques, aux problèmes de santé physique, aux facteurs environnementaux physiques et autres.
  • Les symptômes et les signes ne sont pas mieux expliqués par un problème de santé physique ou les effets d’une substance.
  • Les réponses courantes ou adaptées sur le plan culturel à un facteur de stress courant ou à une perte, comme la mort d’un proche, qui ne correspondent pas à des critères de diagnostic acceptés ne constituent pas des troubles mentaux.
  • Les comportements déviant de la norme sociale (qu’ils soient politiques, religieux ou sexuels) et les conflits installés surtout entre un individu et la société ne sont pas des troubles mentaux à moins que ces comportements et  ces conflits résultent d’un dysfonctionnement de l’individu qui correspond aux critères de diagnostic acceptés.

Pour le grand public

  • Type de problème de santé mentale qui répond aux critères de diagnostic acceptés et publiés dans le DSM ou la CIM.
  • Les critères de diagnostic comprennent les troubles de fonctionnement dans les activités sociales, professionnelles ou autres.
  • Un diagnostic de trouble mental peut être posé si les critères de diagnostic expliquent le mieux l’état actuel d’une personne.
  • On pense que les troubles mentaux sont causés par l’interaction de différentes combinaisons de facteurs, p. ex., des événements ou des facteurs de stress potentiellement traumatiques sur le plan psychologique, génétiques, biologiques, socioéconomiques, physiques ou environnementaux, ou des problèmes de santé physique.
  • Une personne peut recevoir plus d’un diagnostic de trouble mental à la fois.
  • Ne comprend pas les réactions normales aux facteurs de stress courants comme la perte d’un être cher, les pressions en milieu de travail, le fait de vivre avec un problème de santé physique ou la douleur chronique.
  • Trouble mental est actuellement le terme préféré plutôt que maladie mentale.

Traumatisme / Blessure traumatique

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Le traumatisme peut être (a) physique, c’est-à-dire une blessure aux tissus vivants causée par un agent physique, biologique ou radiologique extrinsèque, ou (b) psychologique, c’est-à-dire un état psychique ou comportemental perturbé par un stress mental ou émotionnel grave.
  • Dans le contexte de la santé mentale, le traumatisme est l’expérience d’une personne au cours d’un événement si affligeant pour elle qu’il la bouleverse sur le plan émotionnel. Le traumatisme psychologique grave est considéré comme l’étiologie (la cause) du trouble de stress post-traumatique.
  • Une personne peut subir un traumatisme physique sans subir de traumatisme psychologique, comme dans le cas d’un traumatisme physique mineur qui cause une lacération, une entorse, une infection cutanée ou un coup de soleil mineur. D’autre part, le traumatisme physique grave qui cause un poly traumatisme instable touchant plusieurs organes est généralement associé à un traumatisme psychologique. On a émis l’hypothèse que les traumatismes physiques du système nerveux central, comme les lésions cérébrales traumatiques pénétrantes ou contondantes, peuvent également contribuer à des séquelles psychiatriques comme le trouble de stress post-traumatique.
  • Les expériences stressantes sur le plan psychologique ne sont pas nécessairement traumatisantes. Les gens peuvent se sentir stressés sans subir de traumatisme.
  • Par blessure, on entend un état aigu et non des états chroniques qui peuvent survenir à la suite d’un traumatisme physique ou psychologique. Cependant, dans le langage populaire, une blessure est souvent utilisée pour décrire un état chronique découlant d’une blessure aiguë, p. ex., une blessure de stress opérationnel.

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Un « traumatisme » est quelque chose qui cause un préjudice physique, émotionnel, spirituel ou psychologique. Dans le contexte de la santé mentale, le traumatisme est l’expérience d’une personne au cours d’un événement si affligeant pour elle qu’il la bouleverse sur le plan émotionnel.
  • Dans le contexte de la santé mentale, le traumatisme psychologique est considéré comme la cause d’un trouble mental comme le trouble de stress post-traumatique.
  • Les expériences stressantes sur le plan psychologique ne sont pas nécessairement traumatisantes. Les gens peuvent se sentir stressés sans subir de traumatisme.

Trois services d'intervention d'urgence

Pour les experts

  • Sous-ensemble du personnel de la sécurité publique.
  • Désigne en particulier les pompiers, les paramédics et les policiers.

Pour le grand public

  • Le personnel de la sécurité publique qui est composé des pompiers, des paramédics  et des policiers.

Traumatisme vicariant ou secondaire

Pour les experts

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Le traumatisme psychologique qui peut survenir à la suite d’une exposition indirecte à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique ou d’un contact avec une personne qui a subi un traumatisme (p. ex., être témoin des conséquences d’un événement traumatique, découvrir le traumatisme vécu par un proche, ou dans le cadre d’un soutien ou de soins fournis à une autre personne, de façon professionnelle ou personnelle).
  • C’est « la transformation qui se produit chez le thérapeute à la suite d’un engagement empathique en ce qui concerne les expériences traumatiques du client et leurs séquelles » (Pearlman et Mac Ian, 1995) [traduction libre].
  • A été conceptualisé comme étant exacerbé, et peut-être même enraciné, par l’engagement ouvert de l’empathie, ou le lien avec le client qui est inhérent aux relations de thérapie (Pearlman et Saakvitne, 1995b; Trippany, Kress et Wilcoxon, 2004).
  • Témoigne de l’exposition des thérapeutes au matériel traumatique du client et englobe les troubles cognitifs subis par les thérapeutes (Figlet, 1995; McCann et Pearlman, 1990; Trippany, Kress et Wilcoxon, 2004). 

Pour le grand public

  • N’est pas actuellement un diagnostic dans le DSM ou la CIM.
  • Les traumatismes psychologiques qui peuvent survenir chez les personnes qui sont indirectement exposées à un événement potentiellement traumatique sur le plan psychologique (p. ex., être témoin des conséquences d’un événement traumatique, découvrir le traumatisme vécu par un proche, ou dans le cadre d’un soutien ou de soins fournis à une autre personne traumatisée, de façon professionnelle ou personnelle).

Violence interpersonnelle

Pour les experts

  • Un ou plusieurs comportements dans lesquels une personne cause un traumatisme physique ou un traumatisme psychologique à une autre personne, y compris, mais sans s’y limiter, les mauvais traitements infligés aux enfants, la violence conjugale, les mauvais traitements infligés aux personnes âgées, les agressions commises par des étrangers, ainsi que la violence liée aux crimes contre les biens, en milieu de travail et autres établissements.
  • Les événements potentiellement traumatiques qui impliquent de la violence interpersonnelle peuvent causer des problèmes de santé mentale plus graves ou plus complexes (y compris des troubles mentaux) en raison de la trahison interpersonnelle et de la rupture affective. D’autres facteurs de stress ou événements potentiellement traumatiques sur le plan psychologique (p. ex., catastrophes naturelles, incendies d’un bâtiment) peuvent également entraîner une gravité et une complexité semblables des problèmes de santé mentale; cependant, la nature personnelle et relationnelle de la violence interpersonnelle entraîne souvent des problèmes de santé mentale.

Pour le grand public

  • Comportement physique ou psychologique préjudiciable envers une autre personne.
  • Type d’événement ou de facteur de stress potentiellement traumatique sur le plan psychologique.
  • Peut contribuer à des problèmes de santé mentale chez la personne qui a causé le préjudice ou chez la personne qui a subi le préjudice.
  • Des exemples de violence interpersonnelle comprennent la violence conjugale, la violence envers les personnes âgées et la violence au travail.

Wellness

For Experts

  • Many people and agencies have different understandings of the word “wellness.” 
  • The First Nations Mental Wellness Continuum Framework (FNMWCF) defines mental wellness as a balance of the mental, physical, spiritual, and emotional (Health Canada and Assembly of First Nations, 2014). This balance is enriched when individuals have: Purpose in their daily lives whether it is through education, employment, caregiving activities, or cultural ways of being and doing; Hope for their future and for those of their families that is grounded in a sense of identity, unique Indigenous values, and having a belief in spirit; a sense of Belonging and connectedness within their families, to community, and to culture; and finally, a sense of Meaning and an understanding of how their lives and those of their families and communities are part of creation and a rich history. 
  • There has been much overlap between the words “wellness,” “health,” and “well-being,” including using the words interchangeably. 
  • The Veterans Affairs Canada well-being framework enables separation of words this way:
    1. Well-being: defined as in the VAC composite, superordinate type of framework.
    2. Health: a domain of well-being, influenced by and influencing well-being in the other domains.
    3. Wellness: ways of living to achieve good well-being, particularly in the health domain.

For General Public

  • Many people and agencies have different understandings of the word “wellness.” It is unlikely that a consensus definition is possible at this time.
  • The First Nations Mental Wellness Continuum Framework (FNMWCF) defines mental wellness as a balance of the mind, body, soul, and emotions. In this framework, mental wellness is enriched when a person has purpose, hope for their future, a sense of belonging, and a sense of meaning.

Return to Index

Retour à la liste

Ouvrir une session

Mot de passe oublié